Grande nouvelle pour le BTP : de juillet à septembre 2015, le nombre de logements autorisés a augmenté de + 4,3% par rapport aux trois mois précédents. Les chiffres révélés par la Ministère du Logement précisent que la part de logements commencés a également progressé ce dernier trimestre (+ 0,5%). Malgré ce regain d’optimisme, il est important de souligner que l’activité, dans son ensemble, cumulée sur douze mois est en recul.Fin juin 2015, et pour la première fois depuis neuf mois, l’indicateur du nombre de permis de construire accordés pour les logements neufs repassait dans le vert.

Trois mois après, la tendance est la même : le secteur de la construction de logements neufs se redresse lentement mais sûrement.

35 500 logements neufs ont été autorisés entre juillet et septembre 2015 soit 4,3% de plus qu’au deuxième trimestre. Les autorisations à construire des logements individuels ont augmenté de + 1,8%, celles pour des logements collectifs (y compris en résidences) de + 6,1%.

Sur la même période, 31 300 logements ont été mis en chantier, soit + 0,5% de plus que sur les trois derniers mois. Les mises en chantier de logements individuels ont cru de + 3,3% tandis que celles des logements collectifs (y compris en résidences) ont diminué de – 1,3%.

Par rapport au troisième trimestre 2014, le nombre de logements neufs autorisés a augmenté de + 2,3%, alors que les mises en chantier ont diminué de – 0,7%.

Dans un communiqué, Xerfi a confirmé le léger redressement de la construction neuve. A 96 400 (données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables), les dépôts de permis de construire sont au plus haut depuis le premier trimestre 2014.

Selon Xerfi, cette relance s’explique par les « excellentes conditions de financement et le plan de soutien pour le logement neuf. L’amélioration du climat des affaires se consolide au fil des mois. Notre prévision pour 2016 ressort à 375 000 mises en chantier soit 6,5% de plus que cette année ».

Une activité toujours en recul sur douze mois cumulés

En données brutes cumulées sur douze mois, le nombre de logements autorisés à la construction (368 800 unités) a diminué de – 4,2% par rapport au cumul des douze mois antérieurs, une situation qui concerne aussi le nombre de logements commencés (349 700 unités) avec une diminution de – 1,2%.

Cumulé sur douze mois, les logements individuels autorisés ont diminué de – 3% par rapport au cumul des douze mois précédents (individuels purs : – 4%, individuels groupés : – 0,5%). Les mises en chantier ont baissé de – 6,5% sur la même période : – 5,5% pour les individuels purs et – 9,1% pour les individuels groupés.

Les logements collectifs ont de leur côté connu un repli moins important. Ces douze derniers mois, le nombre de logements collectifs autorisés (y compris en résidences) a certes diminué de – 5,2% par rapport au cumul des douze mois précédents mais les mises en chantier ont augmenté de + 2,5%. Les mises en chantier de logements collectifs en résidences sont les plus représentatives de cette croissance en progressant de + 12,8%.

Disparités régionales

Sur douze mois cumulés, les régions Champagne-Ardenne, Lorraine et Midi-Pyrénées sont les régions les plus affectées par le repli du nombre de logements autorisés par rapport au cumul des douze mois antérieurs.
Les régions Aquitaine, Basse-Normandie et Provence-Alpes-Côte d’Azur ont elles vu leur activité progresser respectivement de + 8,2%, + 7,5% et + 12,2%.

Du côté des logements commencés, la Haute-Normandie, le Limousin et le Poitou-Charentes sont les zones les plus concernées par la baisse du nombre de mises en chantier ces douze derniers mois par rapport aux douze mois précédents.

Enfin, le Nord-Pas-de-Calais et l’Alsace sont les régions dont la croissance a été la plus significative avec une recrudescence des mises en chantier de logements de + 11,8% et de + 10,3% respectivement.

Source : batiweb.com