Selon les derniers chiffres du ministère de l’Environnement, les mises en chantier sont en hausse sur la période de novembre à janvier, avec plus de 95.000 logements commencés. Les autorisations ont également augmenté par rapport à la même période en 2014-2015.

La construction de logements est en train de repartir. Les mises en chantier de logements neufs, sur la période novembre 2015-janvier 2016, affichent une hausse de +0,9 % par rapport à la même période douze mois auparavant. En tout, 95.100 chantiers ont été démarrés, un chiffre porté uniquement par le logement collectif (+3,4 %). Les autres catégories, comme le logement individuel (-0,8 %), l’individuel groupé (-5,6 %) ou les résidences (-2 %), affichent un recul plus ou moins marqué. Dans le même temps, les permis de construire accordés pour des logements ont également bondi : avec une forte progression de +16,6 %, ils dépassent la barre des 100.100 unités.

Le taux d’annulation de logements individuels, autorisés mais non mis en chantier, s’établit à 15,1 %, ce qui reste supérieur à sa moyenne de longue période (13,9 %). La situation est identique dans le logement collectif, où ce taux atteint les 23,3 % (contre 20,3 % de moyenne habituellement). Le délai moyen d’ouverture des chantiers, en revanche, est plus court, qu’il s’agisse des maisons individuelles avec 4,8 mois (contre 5,2 mois en moyenne longue) ou de logements collectifs avec 8,2 mois (contre 10,8 mois).

La barre des 350.000 logements presque atteinte

En tout, sur douze mois cumulés, 386.200 logements ont été autorisés (+3,7 %) et 349.400 ont été commencés (+2 %). Dans le détail, le nombre de logements individuels autorisés a augmenté (+0,7 %), tandis que celui de logements collectifs a, lui, fortement progressé (+5,8 %). Concernant les mises en chantier effectives par contre, elles ont diminué dans l’individuel pur ou groupé (-3,1 %), chiffre qui a été bien compensé par le secteur collectif (+5,6 %).

Les régions les plus dynamiques ont été la Bretagne (+15,4 % de logements autorisés sur douze mois et +6,9 % de mises en chantier) et l’Île-de-France (+13,4 % d’autorisations et +18,2 % de constructions débutées). La région Provence-Alpes-Côte d’Azur a vu le nombre de permis de construire décoller (+14,1 %) mais le nombre de logements commencés a, en revanche, légèrement régressé (-0,6 %). En queue de peloton, on distingue le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, avec une baisse des autorisations (-9,7 %) ainsi que des mises en chantier (-3,3 %), mais surtout l’Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine qui a vu ses permis de construire fortement diminuer (-12,8 %) tout comme le nombre de chantiers débutés (-5,5 %).

Sortie de la zone rouge

La présidente de la Fédération des promoteurs immobiliers, Alexandra François-Cuxac, a réagi : « Après la hausse annuelle des ventes de logements neufs en 2015, les mises en chantier suivent logiquement la tendance. Concernant les permis de construire, c’est un signe supplémentaire de reprise que nous apprécions car la tendance baissière des permis depuis des mois ne pouvait pas durer. Cette prise de conscience est salutaire pour toute la filière de la construction car les mises en ventes, très en dessous de leur potentiel, vont pouvoir reprendre ».

Source : batiactu.com